[Disque] Rufus Bellefleur

Temples, idols and broken bones

Pour leur deuxième essai Rufus et ses compères passent à la vitesse supérieure. Fort d’un premier album remarqué (Groovin Tales from the Gator Blaster, 2011), le mort-vivant du bayou voyage et livre ce coup-ci une fusion fortement teintée hip-hop aux puissants accents world. Traversés de sonorités savantes et savamment mixés à l’identité du combo, les nouveaux titres versent aussi de temps en temps dans le blues et dans la country. Bénéficiant d’une production extrêmement travaillée qui confère à l’ensemble un son très léché, Temples, idols and broken bones se montre paradoxalement le plus bluffant, lorsqu’il se pose, comme à l’occasion du magnifique Paralyze City. Dans la lignée des side-project de Mike Patton ou encore de To My Surprise, Rufus Bellefleur s’impose quoi qu’il en soit comme le fer de lance du groove dans l’hexagone. Un groove qui sait s’ouvrir à d’autres tendances, sans renier son identité profonde.

rufusweb.free.fr

Post a Comment

*
* (will not be published)

Random Posts

LOAD MORE