[Disques] Lana Del Rey

Ultraviolence

Phénomène planétaire révélé en 2012 grâce à l’album Born to Die et plus spécialement avec le single Video Games, Lana Del Rey est devenue star du jour au lendemain. Il a suffi d’un tube monumental pour précipiter à vitesse grand V l’ex-girlfriend d’Axl Rose dans la tourmente de la hype ultime. Dur pour une telle artiste de concrétiser un succès aussi énorme que soudain. Ultraviolence y parvient. Du moins en partie, tant il n’apporte pas grand chose de plus à ce que l’on connaissait déjà de la jolie new-yorkaise. Atmosphères smooth, influences jazz, hip-hop, pop et rock, Ultraviolence jouit surtout, comme son prédécesseur, d’une poignée de tubes en puissance, déjà programmés en boucle sur les radios du monde entier à l’heure où vous lisez ces lignes. Misant tous ses jetons sur une sensualité désinvolte et sur ses ambiances très « Blue Velvet », Lana De Rey passe alors le test avec un certain brio. Sans trop forcer cependant…

Post a Comment

*
* (will not be published)

Random Posts

LOAD MORE