[Interview] Joël Contival : un homme de théâtre

Figure incontournable du théâtre tarnais, par ailleurs largement reconnu en dehors des strictes frontières du département, Joel Contival, qui est basé à Vielmur-sur-Agout, cumule les casquettes et met en avant, dans sa vie et dans son travail, une passion communicative. Toujours sur un projet, soucieux de partager, il a accepté de répondre à nos questions…

Joël Contival, comment pourriez-vous vous présenter ?

Un amoureux des mots, du jeu théâtral, de l’improvisation et de la comédie. Je suis comédien, conteur, metteur en scène et auteur. J’écris et mets en scène mes pièces depuis 2001 pour des troupes amateurs (une dizaine d’ateliers, enfants, ados, adultes) du Tarn ou sur commande pour des professionnels.

Mes pièces sont disponibles sur mon site web ou sur des sites comme le proscenium.com ou theatrotheque.com. Elles sont très souvent jouées par d’autres troupes en France et à l’Étranger.

À cette occasion, il m’arrive de mettre en scène mes pièces dans d’autres pays dans le cadre du théâtre francophone.

J’anime également des stages d’improvisation selon la demande. Par exemple, assez régulièrement au théâtre du miroir de Catane en Sicile dirigé par mon alter ego, Marco Tringali.

Comment avez-vous attrapé le virus du théâtre ?

Comme beaucoup, tout gamin, en regardant avec mes parents « Au théâtre ce soir. »…

À ce jour, quel est votre plus beau souvenir sur les planches ?

Mon interprétation du comte de Toulouse, Raymond le 6ème, dit le Cathare pour le service Socio-Culturel de la mairie de Toulouse dans le cadre des « fantômes du millénaire ». Avec neuf autres comédiens, nous incarnions des figures historiques de Toulouse. Étrangement, je ne l’ai joué qu’une fois dans le Tarn, et c’était à Burlats devant le magnifique pavillon d’Adélaïde, la sœur de mon personnage… Ce soir-là, j’avais une crève incroyable et une extinction de voix, des quintes de toux, mais il m’était impossible d’annuler. J’avais à mes côtés, mon regretté complice, Michel Lataste qui jouait le rôle de divers personnages de l’église et venait ponctuer, rythmer mon long monologue. Et le miracle de la scène a eu lieu. Dès la première réplique, ma voix est revenue… Mes émotions ont été décuplées. Pour l’anecdote… quand le spectacle s’est terminé, je me suis empressé de faire remarquer à mon ami comédien que j’étais guéri… en fait, aucun son n’est sorti de ma bouche, je suis redevenu aphone… étonnant, non ?

On peut trouver sur votre site internet de nombreuses pièces à télécharger gratuitement, pouvez-vous nous en parler ?

Absolument, comme dit plus haut, mes textes sont disponibles en téléchargement gratuit. Il n’y a que le téléchargement de gratuit… Mes pièces étant toutes déclarées à la SACD, je ne mets que 75% du texte intégral. Mon processus créatif provient du fait que j’adore observer, écouter les gens autour de moi. De ce fait, je demande à chaque comédien(ne), lors de mes ateliers, de se trouver un personnage. Ensuite, je provoque pendant quelques séances d’improvisations le télescopage de ces personnages qui n’ont pas forcément grand-chose à voir entre eux, et c’est même préférable… Il est temps d’emmener chez moi cette matière première qui me permettra d’articuler des petites « saynètes ». De ce puzzle, je commence à bâtir. Ensuite, grâce aux répétitions, beaucoup de choses vont s’améliorer, se créer. La magie du théâtre fera le reste…

Pour plus d’infos : http://www.joel-contival.com/

Certaines de mes pièces sont éditées à l’ETGSO (Écritures Théâtrales Grand Sud-ouest).

https://www.etgso.com/

Vous intervenez également de manière régulière auprès des jeunes publics. En quoi consiste votre travail à ce niveau ?

Il m’arrive de travailler dans les écoles. Mettre en scène des contes, des pièces du répertoire ou sinon, avec le même concept que dans mes ateliers, je vais créer sur mesure des petites pièces ou saynètes. Travail assez difficile, car très peu de répétitions et un minimum de temps pour livrer une pièce clés en mains…

Quelle est votre actualité ? De quoi sera faite l’année 2017 ?

Comme à chaque saison, tous mes ateliers débouchent sur des représentations. Souvent courant juin de chaque année. Je m’occupe aussi de mettre en scène des pièces d’autres auteurs comme Éric Assous, Marc Camoletti. Actuellement, dans le Tarn, j’ai trois ateliers à Loisirs-Centre sur Castres (enfants, ados, adultes). Trois également pour la MJC du Pays d’Agout dans mon village de Vielmur sur Agout. Deux troupes provenant de la Cie les Éphémères résident au Pont de l’Arn. Les Tolondules de Lacrouzette et pour finir, les Farfadets de Mazamet, une toute nouvelle troupe.

Cela faisait longtemps que je n’étais plus remonté sur les planches en tant que comédien, alors, j’ai décidé d’adapter le chef d’œuvre de Miguel de Cervantes, son merveilleux Don Quichotte. Le spectacle a pour nom : « Sancho et l’ingénieux homme de paille. ».

Nous serons deux sur scène. J’incarne Don Quichotte et mon ami Alain Garcia jouera le rôle de Sancho. La première aura lieu le 4/11/2017 dans l’Aube à Vendeuvre-sur-Barse au Théâtre de la Forêt d’Orient où, nous serons en résidence pendant une semaine. Quant à la première tarnaise, elle aura lieu à la salle François-Delga (ancienne salle des Conférences) à Lautrec, le 19 novembre 2017 à 21h.

Pour plus d’infos : https://don-quichotte-sancho-theatre.com/

J’ai aussi écrit pour un ami comédien, metteur en scène Suisse, Guy Bochud et sa partenaire, une pièce dramatique : « L’accord parfait ». Je m’occupe de la mise en scène. Elle devrait se jouer en Suisse, fin 2017, début 2018.

Enfin, pour conclure, j’ai une grande complicité avec un couple de comédiens (dans la vie comme sur scène) de la Cie Jeux de Planches avec Geneviève Nègre et Yannick Leclerc de la région d’Aix en Provence. Ils jouent actuellement « la baignoire de l’oubli » (pièce jouée à Perpignan, Toulouse, au festival Off d’Avignon et très bientôt sur Marseille et en février à Paris.) J’ai également écrit pour eux une comédie que je mettrai en scène courant 2017, « Ultime gourmandise ».

D’autres projets… mais cela serait trop long à dévoiler…

Vous êtes aussi un grand amateur de rock and roll. De quelle manière cette passion influe-t-elle sur vos créations et sur votre façon d’appréhender le théâtre ?

D’une certaine manière, oui. Le langage théâtral et le vocabulaire musical sont très proches… Je suis en effet un amoureux de musique. Mes goûts sont très portés vers le rock progressif des seventies à nos jours. Mais j’ai des goûts très éclectiques allant du Rock/Blues vers la musique contemporaine, le classique, les musiques ethniques et le jazz. Pour me changer les idées et prendre du recul sur mes activités de théâtre, je pratique la basse en loisir avec un prof, Jihef de Gaillac qui a déjà signé les musiques pour deux créations : « le chant de l’ange » et « Sancho et l’ingénieux homme de paille. »

Alice Cooper, Peter Gabriel m’ont beaucoup influencé par leurs mises en scène théâtralisées. Ce que j’aime dans le rock progressif, c’est justement l’idée d’un concept, de raconter une histoire. En fait, j’adore raconter ou écouter des histoires…

Quelles sont vos influences principales ?

Je vais peut-être faire sourire, mais la bande-dessinée influence aussi beaucoup mon travail. Les mises en scène de mes comédies peuvent être très proches du cartoon… de Tex Avery ou Gotlib…

Sinon, j’ai lu abondamment tout ce qui touche à Louis Jouvet… Des metteurs en scène comme Peter Brook, Patrice Chéreau ont également été des moteurs. Et tant d’autres… Les dialogues savoureux d’Audiard.

Au cinéma, je me sens très proche de Charlie Chaplin, Buster Keaton, Pierre Étaix, Tati, Blake Edwards, Tim Burton mais aussi de Fritz Lang, Murnau, Sergueï Eisenstein.

Je souhaite une excellente année 2017 à tous vos lecteurs ! Et si aller aux concerts, c’est fantastique, n’oubliez pas le théâtre ! Alors, à bientôt !

Post a Comment

*
* (will not be published)

Random Posts

LOAD MORE